14 novembre 2017 – Communiqué de presse

Pourquoi les organismes œuvrant auprès des personnes appauvries n’ont pas été consultés par le comité d’expert sur le revenu minimum garanti?

Montréal, le mardi 14 novembre 2017 – Le Groupe de recherche et de formation sur la pauvreté au Québec (GRFPQ) et le Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ) questionnent le processus ayant mené au dépôt de ce rapport et les conclusions du comité d’experts.

Le comité d’expert composé des trois économistes nommés par le gouvernement libéral n’a pas tenu à faire une consultation publique sur cet enjeu. « Une consultation publique aurait été un bon moment pour se questionner collectivement sur comment nous souhaitons diminuer les inégalités sociales au Québec. Cela aurait permis d’analyser le problème, non pas seulement sous l’angle de l’économie, mais aussi sur l’atteinte des droits humain. » Sylvia Bissonnette coordonnatrice du GRFPQ.

« La Mesure du panier de consommation est un minimum vital à octroyer. Condamner une catégorie de la population à vivre avec 55% de ce montant est inhumain. Nous savons que maintenir des personnes trop longtemps dans la pauvreté affecte leur santé physique et mentale et nuit à leurs chances d’intégrer le travail. C’est un choix gouvernemental que de traiter les personnes sans emploi avec si peu de dignité » s’indigne Yann Tremblay-Marcotte du FCPASQ.

Le comité d’expert affirme que nous avons déjà au Québec un revenu social garanti grâce au régime de soutien au revenu. Notons ici que l’aide social est de moins en moins garanti. Les contraintes administratives et bureaucratiques compliquent l’accès pour une grande partie de la population. « Un revenu minimum garanti devrait se définir comme un paiement périodique en espèces versé sans condition à tous sur une base individuelle, sans condition de ressources ou de travail. Le programme objectif emploi va tout à fait à l’opposé de ce concept, souligne Sylvia Bissonnette  »

Le GRFPQ et le FCPASQ croient que la pauvreté est une négation des droits humains et qu’il est urgent de mettre en place des mesures et programmes pouvant réellement diminuer les inégalités sociales. L’alternative du Revenu social proposée par le FCPASQ et ses membres serait un moyen à étudier davantage. Nos organisations auraient aimé en discuter avec le comité d’expert et le Ministre Blais. Nous lirons attentivement ce rapport afin d’émettre notre opinion et des recommandations.

– 30 –

Sources :

Sylvia Bissonnette
Groupe de recherche et de formation sur la pauvreté au Québec (GRFPQ)
514-248-8429
info@grfpq.org

Yann Tremblay-Marcotte
Front commun des personnes assistées sociales du Québec
514-577-3279
sol@fcpasq.qc.ca